Connect with us

Opinion

Pendant que les champs brûlent


Voici l’Acte XVIII et le retour des scènes de pillages dignes de l’acte III, que l’on pensait laisser derrière nous se sont reproduites avec encore plus d’acuité, ce weekend tragique où le locataire de l’Elysée a préféré les pistes enneigées de la Mongie à l’exercice du pouvoir.

C’est une image qui ne s’efface pas, ce président jovial, en tenue de ski, tandis que son gouvernement peine à maintenir l’ordre dans les rues de Paris, sous un ciel d’incendie. 

Amateurisme inédit en Ve République ou stratégie de pourrissement irresponsable et inefficace ? Ce gouvernement qui semble jour après jour perdre pied avec la réalité, n’en finit pas de poser question.

Le président pensait que son éloquence et sa performance théâtrale portée par le grand débat avait suffit à calmer ce peuple en jaune qu’il ne voulait ni nommer, ni voir. Il n’en a rien été. Dans une bulle ou dans l’autre, le débat et la critique sont devenus impossibles : foulards rouges contre gilets jaunes, même le débat politique réduit à une infantilisation des idées prend les allures d’un jeu de télé réalité. 

La proposition du nouveau monde portée par « En Marche » était claire : en finir avec les corps intermédiaires, ringardiser les partis et les syndicats et emmener tout un pays derrière le rêve d’un startupper politique doué mais dénué d’expérience. Pour que cela fonctionne, il aurait fallu développer une stratégie de growth-hacking pour développer la base « clients » au-delà des soutiens initiaux. Mais Emmanuel Macron n’a ni l’envie ni la capacité de devenir un président populaire. Persuadé du bien fondé de sa démarche, il refuse de se remettre en cause où de questionner l’idéologie qui le pousse à malmener un pays réfractaire pour le faire entrer de force dans l’ère de la financiarisation globalisée.

Le hold-up de la présidentielle a réussi, mais il semble que la cavale se termine. Voici le progressisme dévoilant son vrai visage, celui d’un autoritarisme de marché, où la contestation et le débat n’a pas lieu d’être.  Sans broncher, le Premier ministre a annoncé une série de mesures d’interdiction de manifestations et souhaite que la justice poursuivent les leaders autoproclamés des gilets jaunes. Dans une scène qui prolonge le sentiment de malaise, le président de la république, entouré d’intellectuels faire-valoir et mutiques , a annoncé vouloir « remettre un certain nombre de limites d’interdits” sur les réseaux sociaux car ils produisent un certain “malheur” ». 

Car c’est pour notre plus grand bonheur que la violence d’Etat se déchaine sur les manifestants comme jamais depuis des semaines, car c’est pour notre plus grand bonheur que le progressisme souhaite casser le droit social et reculer l’âge de la retraite, car c’est pour notre plus grand bonheur que les hôpitaux sont asphyxiés et sans doute est-ce encore pour notre plus grand bonheur que les choix de politique fiscale augmente les inégalités entre les plus riches et les plus pauvres. 

Le grand débat s’est achevé ainsi dans une agréable discussion de salon, nommée pour l’occasion grand débat des idées, sans doute pour souligner l’inutilité et la vacuité des débats citoyens tenus jusqu’alors et dont les conclusions sont déjà en majeure partie écrites dans les rapports de France Stratégie.

Les horloges ne donnent plus l’heure, mais qu’importe, le maître des horloges poursuit sa route, sans écouter, sans ralentir, pour « réformer » au plus vite un pays qu’il peine à comprendre. 

Nous vivons une tragi-comédie où certains de nos concitoyens ont été mutilés à vie, où la contestation sourde est devenue violente et où ceux qui hier rallaient sans trop y croire sont devenus prêts à tout pour en finir avec un système qu’ils jugent vicié et dont ils n’ont plus rien à attendre. Face au tragique, la comédie d’un Ministre en goguette, d’un Président des loisirs saisonniers et d’un Premier ministre qui peine à tenir la barre d’un navire qui prend l’eau de toutes parts, il ne reste que le désespoir de ceux qui refusent de croire en cette mascarade.

Chaque semaine, ils sont des milliers dans la rue à demander une politique climatique ambitieuse, une justice sociale et fiscale et les premiers mots des ministres au sortir du grand débat ont été « recul de l’âge de la retraite » « maitrise de la dépense publique » et « interdiction de manifestation ». Qui sont ces gens que les Français ont élu?

La stratégie suicidaire d’Emmanuel Macron, débutée à l’été 2018 par un mensonge sur l’affaire Benalla, nous conduit tous dans le précipice de la fin de son mandat. 

Il est urgent de condamner la dérive d’un pouvoir devenu fou.

Alexis Poulin
Écrit par

Co-fondateur du Monde Moderne, entrepreneur dans le secteur des médias, Alexis a travaillé pour des ONG, des entreprises et des institutions publiques. Alexis est expert en affaires européennes et travaille entre Paris et Bruxelles. Alexis est régulièrement invité sur ARTE TV, France 24 TV, France Info, EuroNews et RCF radio.

Cliquez pour commenter

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le progressisme est le pire des populismes Le progressisme est le pire des populismes

Le progressisme est le pire des populismes

Opinion

Younous Omarjee Younous Omarjee

On en parle… avec Younous Omarjee

Émission Le Monde Moderne

le-philosophe-alain-finkielkraut-pris-a-partie-par-des-gilets-jaunes-a-paris-le-16-fevrier-2019_6153114 le-philosophe-alain-finkielkraut-pris-a-partie-par-des-gilets-jaunes-a-paris-le-16-fevrier-2019_6153114

Le dernier sacrifice d’Alain Finkielkraut

Opinion

Bonne année (ou presque…)

Opinion

violences policières violences policières

Marqués à vie par les violences policières

Opinion

Fin de partie Fin de partie

Fin de partie

Opinion

La révolution ne sera pas annulée à cause de la pluie

Opinion

La pauvreté est un choix politique

Opinion

Connect
Newsletter Signup