RAMDAM RÉCLAME AU PAYS DES LUMINAIRES

Opinon d'Oliver Schlauberg
Les soldes de printemps 2017 vont nous emmener vers une élection faite de belles affaires ! Les candidats en lice nous promettent des soldes époustouflantes, avec toujours plus d’économies,  toujours plus de croissance, et évidemment le bonheur d’une France en fête et rassemblée ! Cette première démarque s’annonce incroyable et riche en surprises : je consomme donc je suis… Bienvenue au pays des luminaires.
Costume Fillon

« 60 millions de votants »,… mais « que choisir » ?

Pas facile de vous décider, tant il y a d’affaires dans l’air… Pourtant tous les candidats se réclament en votre nom et le ramdam des élections bat son plein.
Les 500 signatures déposées, les camelots entrent en jeu avec leur célèbre « je vous ai compris ».
Grâce à la pipolisation médiatique, nous allons  enfin tout savoir sur nos têtes de gondoles.  Déjà le marchand «Karine » nous avait dévoilé leurs intimités, histoire de nous faire découvrir la part d’humain  qui se cache loin derrière le produit.
Désormais, nous entrons dans une phase de marketing direct, là où les produits candidats vont devoir faire la différence pour gagner des parts de citoyens.
Tous les moyens sont bons pour séduire l’indécis perdu au milieu du merchandising d’idée.
 
La principale question revient en boucle : comment faire la différence entre un bon candidat et un mauvais candidat ?  
Cette équation a trop d’inconnus. Elle doit faire appel au bon sens populaire : un bon candidat c’est celui qui parle, mais qui parle bien. Un mauvais candidat, c’est celui qui parle, mais qui parle mal.
Il n’est pas facile de s’y retrouver avec ce genre d’explications, et le français, en période de soldes, perd généralement son flair au profit d’un achat qu’il croit utile.
Les promesses de masse n’étant pas étrangères à cela, beaucoup d’entre nous semblent faire machine arrière et fustigent cette notion d’utilité. Force est de constater que la qualité des produits de la campagne a baissé. Le linge sale est monnaie courante, il s’incruste dans la presse et étonnamment aucune machine législative n’arrive à l’éradiquer.
 
Le premier tour de la cinquième république divise donc les Français sur la pertinence des produits choisis. Le deuxième tour est devenu un achat par défaut où l’innovation politique se joue éternellement autour de deux Gaulles.
 

Cette première démarque sera-t-elle un succès commercial ?

 
D’élection en élection, nous sommes passés d’un vote de masse à un vote épars. L’érosion politique continue sa lente agonie faute de produits adaptés aux exigences du marché. Des millions de citoyens boudent ces soldes aux risques de payer le prix forts dans les mois à venir. En 2012, ils étaient 20 % à ne pas consommer durant la première démarque. Les produits politiques n’ayant pas tenu leurs promesses, ces non-consommateurs ont préféré s’abstenir. Toutes les excuses étaient à la hauteur des programmes : « on connait déjà le résultat », « j’ai déjà donné », ou  « le 22 avril, j’suis pas chez moi »… Les candidats savent que pour être élu produit star de l’année, ils devront aller chercher et convaincre ces 20 % d’abstentionnistes, en plus des indécis, devenus le cœur de cible de cette campagne.  Le succès commercial réside dans l’approche marketing et son positionnement produit pour convaincre cette tranche de prospects versatiles, exaspérés, ou bien encore fatalistes.
la politique c'est la vie ?

Le poids des affaires, le choc des sondages

 
Dans la stratégie de reconquête des consommateurs, les produits politiques ont l’audace cette année de mettre en scène une campagne média, digne des plus grandes séries américaines. Toute la presse en parle et les affaires sortent au fil des jours. Les plus actifs dans le domaine sont les marques LR et FN. Tous deux chassent sur le même segment de marché : les ustensiles de cuisine !
Très prisées au Kremlin, les casseroles FN et LR se livrent bataille et tous deux sont au four et au moulin pour faire monter la sauce et servir la soupe. Ils nous « mythonnent » de bons petits plats ! Mais attention,  pour faire un bon guacamole à la française mieux vaut avoir de bons avocats.    

Le camp d’En Marche n’est pas en reste avec ses articles de randonnée. Pas besoin de prendre des virages serrés à droite ni même à gauche, chaque marcheur inscrit au GR 2017 aura sa propre boussole et pourra voyager à travers l’Europe en utilisant des bus au cas où il manque de préparation physique. Preuve à l’appui avec les anciens guides COHN-BENDIT, DELANOË, BAYROU, PERBEN et MINC qui ont décidé d’emboîter le pas pour sortir de leur retraite de vieux routards. La cordée risque de s’allonger au fur et à mesure de la première démarque avec la “VALLS” des noms bien connus de l’Élysée.
Les marketeurs PS sont à la traîne dans leur placement produit. Beaucoup d’hésitation entre le Bio et le produit universel… En 2012,  le produit star a explosé en plein vol au rayon literie du Sofitel, remplaçait à la hâte par un flan normal pourtant élu produit de l’année. Ne jamais dire jamais, même sans parti, le PS trouve toujours un second souffle pour faire parler de lui.
 
Pour la France insoumise, il semble y avoir de l’innovation dans l’air. L’hologramme est entré tout droit dans le box-office des médias. Tout le monde en parle et ce produit vu à la télé commence à faire des émules même s’il n’est crédité que d’une remise de 14 % dans les sondages. Il faut le souligner, bien loin du classicisme de ses concurrents, que la France insoumise propose des produits innovants et démontre une certaine ambition réformatrice de nos modes de consommation. Une révolution du marché est-elle envisageable ?  Le marketing digital semble pour le moment payer, même si le produit reste encore distancé par les casseroles LRFN et le matériel outdoor !   
 

Des linéaires de supermarché aux étales des épiciers

 
NPA, Lutte ouvrière, DUPONT-AIGNAN, UPR, CHEMINADE, LASSALLE… Tous ces produits plus ou moins exotiques sont quant à eux 100 % accessible lors de cette première démarque. Mais tous sont déjà annoncés en rupture de stock pour le deuxième tour des soldes. Inaudible et généralement peu pris au sérieux dans les médias, ces produits du circuit-court n’offrent aucune affaire intéressante, aucun fait-tout, aucun emploi fictif… Bref, rien n’encourage à consommer. Mais ils auront la possibilité de s’afficher dans les linéaires de France et de Navarre avec leur slogan et leur produit très certainement « révolutionnaire ».Ces produits en quête d’une notoriété nationale n’ont plus que quelques jours pour exister dans l’univers impitoyable de la grande distribution.

Références

NEWSLETTERS

TWITTER

A lire aussi sur Le Monde Moderne

Share This